Les résidences

Les artistes en travail

Le Théâtre de Die accompagne les compagnies en leur mettant à disposition son lieu et ses équipements.

Que ce soit sur la mise en scène, la création lumière ou sonore, le mouvement, la dramaturgie, la résidence de création est une étape de travail indispensable.
Elle permet aux compagnies de rendre vivant leur projet en l’éprouvant sur scène.

Septembre / Décembre 2019

Le Théâtre de Die a (eu) le plaisir d’accueillir les compagnies suivantes :

Cie Le Paradoxe du Singe Savant

Pour leur projet « Béatriz »

Projet pluridisciplinaire autour de la figure de la ‘Comtesse de Die’ ou ‘Beatriz’ de Die, femme troubadour du 12e siècle. D’abord un projet musical inspiré par son œuvre ‘A Chantar…’, le projet a provoqué de nombreux questionnements artistiques, sociétaux, politiques sur la place des femmes à l’époque, et de la visibilité des femmes dans la société contemporaine.

Sortie de résidence ouverte au public,
Sam. 21 septembre
à 19h

Site internet de la Compagnie

Cie Circlips

Pour leur projet « À la rencontre de l’hiver »

Spectacle pour une marionnette et une trapéziste. Ernest vit dans la forêt. Quand les dernières feuilles quittent leur arbre, Ernest nous accompagne à la rencontre des différents aspects de l’hiver: le silence, le froid, la nuit et la neige.

Voyage sensoriel, évocation poétique des éléments, l’histoire chemine d’un visage à l’autre de l’hiver en s’appuyant sur la musique classique, le trapèze fixe, la marionnette, et le mât chinois.

En représentation au Théâtre de Die
Mar. 17 et Jeu. 19 décembre
à 9h et 10h30
Voir la page du spectacle


Site internet de la Compagnie

Cie Cirque Hirsute

Pour leur projet « L’œil du Cyclone »

Sur scène une imposante structure motorisée occupe l’espace. On pourrait dire «l’Espace»avec un E majuscule, tant cette immense machine tournante emporte en orbite tout ce qu’elle touche. Gigantesque manège électronique, son mouvement entraine de stupéfiants vols circulaires,déclenche l’apesanteur. L’Espace donc… l’infiniment grand.

A côté de ce totem de science fiction, un petit drône vole par-ci par-là, sans doute à la recherche d’un circuit imprimé à butiner. Une table basse fait le service et apporte sa collation à une femme avachie dans un sofa. Un homme déambule, une roue futuriste aux pieds. Ça et là,d’onctueux ballons mous invitent au jeu.
Deux humains prennent un grand bain de modernité. Un rêve de gosse du 21ème siècle…quand toute cette ménagerie futuriste fonctionne correctement!

Site internet de la Compagnie

Cie Ikari

Pour leur projet « PostH »

Spectacle mêlant théâtre physique, jongle et corps lumière, PostH aborde l’interaction entre l’homme et le monde qu’il construit et dans lequel il évolue. Comment à l’aide de l’outil arrive t’il à s’émanciper, se libérer du faire, du temps, jusqu’à parfois se créer ses propres prisons ? Comment garder ses espaces créatifs et d’épanouissement entre savoir technique et traditionnel ? Et quand la technique nous dépasse, comment arriver à garder le contrôle à rester nous même ?

Sortie de résidence ouverte au public,
Mer. 6 novembre
à 18h

Site internet de la Compagnie

Association Trajet Spectacle

Pour leur projet « La Réunification des deux Corées »

En représentation au Théâtre de Die
Sam. 7 déc. à 20h
Dim. 8 déc. à 16h
Voir la page du spectacle

Site internet de l’association

Janvier / MArs 2020

Cie l'immédiat

Pour leur projet « La Jubilation »

L’Immédiat crée des œuvres en tout genre, plutôt des œuvres d’art vivant, en train d’avoir lieu pour de vrai avec du vrai et du vrai avec du faux.
L’Homme de Hus, Le Cabaret calamiteux, L’Immédiat… Des spectacles créés en mêlant tout, tissant, soudant, écrivant tout, en foisonnant, en débordant, en échouant, en ne pouvant pas s’en empêcher.
Au Théâtre de Die, les artistes et invités s’installent quelques jours pour retravailler sur la pensée de La Jubilation, et vous présenter le résultat de cette recherche.

Site internet de la Compagnie

Cie WAS

Pour leur projet « Notre besoin de consolation est impossible à rassasier »

Said Izem, conteur, accompagné de Stéphane Paulin (guitare et tambour) et Antoni Rossignol Ripper (électronique) travaillent autour d’une « lecture-concert » du texte Notre besoin de consolation est impossible à rassasier de Stig Dagerman.

« Mon plus grand plaisir est de sentir que tout ce que je valais résidait dans ce que je crois avoir perdu : la capacité à créer de la beauté à partir de mon désespoir. »

Page Facebook de la Compagnie

Grand Chahut Collectif

Pour leur projet « Cocléamama »

Grand Chahut Collectif regroupe une quinzaine de musicien·nes basé·es dans la vallée de la Drôme, porteurs de nombreux projets artistiques originaux
depuis 2006.

Pendant cette semaine, Anne Montagard, Amanda Gardone et Élise Gascoin travailleront sur le projet Cocléamama, un poème sonore et visuel pour les
tout-petits qui prend sa source dans la cochlée, coquillage invisible niché au creux de notre oreille.

Site internet de la Compagnie

Jos Garnier, Antho Valade et Yo Cousseau

Pour leur projet « Totale Bascule Constante »

Comédienne, musicienne ou encore poète, Jos Garnier est une artiste plurielle. en 2018, elle publie un recueil de poésie Vertige (ed. Tarmac).

De la rencontre avec l’univers visuel de Antho valade (rétroprojection, matières, transparence, ombre et manipulations…) et l’univers sonore de Yo Cousseau (guitare, synthé, samplers, sonorités organiques…) né le projet Totale Bascule Constante, lecture d’extraits de son recueil.

Sortie de résidence ouverte au public
Samedi 22 février à 18h
Présentation du travail en cours (1h30),
suivi d’un échange
Dès 16 ans, gratuit, sur réservation

Extrait sonore d’une étape de travail

Théâtre l'articule

Pour leur projet « Comme suspendu »

Après de multiples expériences en théâtre et marionnette, Fatna Djahra fonde en 2009 le Théâtre l’Articule. La compagnie s’adresse à un public familial dès 2-3 ans et soigne l’univers visuel, marionnettique et théâtral, pour souvent offrir aux plus jeunes leur 1ère expérience de spectateur.

Comme Suspendu, propose la rencontre de deux mondes exigeants : la marionnette et le cirque. Fatna, Judith Dubois, Claire Jarjat et Titoune s’inscrivent dans une recherche initiée avec le précédent spectacle Après l’hiverautour de nos petites et grandes métamorphoses. Sortie en automne 2020.

Site internet de la Compagnie

Cie Transe Express

Pour leur projet « Les Pervenches »

La Cie Transe Express, fondée en 1982, décline ses créations entre spectacles grands formats d’art céleste et petites formes de théâtre d’intervention.
Basée à la Gare à Coulisses (Eurre), la compagnie a séduit les publics de 72 pays, sur les cinq continents.

Après une représentation de The Moniks et une résidence pour leur création Cristal Palace, la compagnie refait une halte au Théâtre de Die pour travailler sur leur nouvelle déambulation Les Pervenches.

Sorties prévues dans la ville
durant le temps de la résidence,
gardez l’oeil ouvert !

(du 9 au 14 mars)

Site internet de la Compagnie

Cie Lézartikal

Pour leur projet « Mon Œil »

Lézartikal est une compagnie fondée en 2002, par Camille & Milou. elle se démarque tout au long de ces années grâce à une discipline très peu répandue : la danse-escalade mêlée au cirque.

Aujourd’hui, Camille laisse la verticalité de côté et revient en résidence avec son nouveau projet Mon Œil, spectacle de magie burlesque. Cette création s’inscrit dans la continuité du spectacle CorVest présenté lors de l’ouverture de saison 18/19.

Site internet de la Compagnie

Fermer le menu