Le Journal de Grosse Patate

L’incertaine compagnie

Vendredi 14 février
à 18h

Théâtre sonore
1h
Tout public, à partir de 8 ans
9€ / 6€

Présentation

Grosse Patate, ce n’est pas son vrai nom mais celui qu’on lui donne à l’école parce qu’elle mange tout le temps. Elle rentre dans la classe des grands, en CM2. Sa maîtresse est gentille mais tellement vieille ! Sa meilleure amie Rosemarie, sa seule amie, souffre d’une timidité maladive. Il y a aussi Rémi, devenu le souffre douleur de l’école parce qu’il ressemblerait à une fille, et Hubert, très beau mais tellement bête et dont tout le monde est amoureux. Un homme en noir lui rend également visite dans ses rêves et l’aide à mieux comprendre le monde.
Le Journal de Grosse Patate raconte avec humour et tendresse la vie intime d’une enfant rondouillette cherchant à se créer une identité dans un monde normé.

Le site internet de la compagnie

Distribution

Romain Delebarre (Delbi) L’Homme en noir • Comédien et musicien
Ingénieur du son de formation. Il est compositeur et musicien multi-instrumentiste sur scène dans diverses formations (Icibalao, Les Tchobellos, Baraqué, RFA, Delbi, Tony Melvil, Saso). Il travaille également depuis 2010 dans la production artistique de musique pour le spectacle vivant et les musiques actuelles. Il anime en parallèle des spectacles des ateliers enfants/ados autour de sa pratique instrumentale (guitare, percussions, chant, clavier) et technique (sampler, enregistrement, sonorisation).

Clélia David Grosse Patate • Comédienne et metteur en scène
Après 3 ans de formation à l’école supérieure d’art dramatique de Montpellier, elle fonde, avec ses compagnons de promotion, la Cie Moebius avec laquelle elle travaille depuis 2008. En parallèle, elle joue avec la Cie du Cabestan, Mastoc Production et les Vernisseurs. Avec la Cie Groupetto, elle joue dans les écoles « Platon pour les Bac moins 7 », un spectacle philosophique pour enfants. Elle met en scène plusieurs spectacles avec des adolescents dont un avec les chanteurs de l’Opéra Junior de Montpellier. Elle est intervenante en collèges et lycées et jury pour le Bac Théâtre à la Rochelle. Elle crée l’Incertaine Cie à son arrivée dans la Drôme en 2016.

Adèl Kollar • Dramaturge et regard extérieur
Après des études de lettres modernes et d’études théâtrales, elle travaille comme comédienne et danseuse contemporaine. Rapidement elle s’oriente vers la mise en scène et l’assistanat à la mise en scène. Depuis 2007, elle collabore avec le metteur en scène hongrois Arpad Schilling. Actuellement elle s’oriente vers des projets de théâtre et de pédagogie selon les méthodes de “TIE” de Bolton Gavin.

Note d’intention

Venant du théâtre contemporain destiné à un public adulte, j’ai découvert l’univers du théâtre pour enfants en mettant en scène le texte Miche et Drate, paroles blanches de Gérald Chevrolet.
J’aimerais poursuivre ce travail. Je suis curieuse de ce que le théâtre peut proposer comme vision du monde aux êtres en devenir. Comment le théâtre peut-il participer a leur construction en tant qu’êtres pensants et interprétant le monde ?
En lisant Le Journal de Grosse Patate, j’ai ressenti différentes émotions souvent contradictoires et sans aucune transition. Comme dans la tête d’un enfant ? La pièce aborde des sujets lourds comme le harcèlement, le deuil, la recherche d’identité mais avec beaucoup de légèreté et d’humour.
Le personnage de Grosse Patate m’a profondément touchée. Cette fillette a fait écho à mon enfance et j’ai reconnu en elle beaucoup d’enfants. Elle est tellement juste que j’ai souhaité lui donner chair et faire entendre sa voix.
Pour jouer le personnage de l’Homme en noir, j’ai proposé à Romain Delebarre, comédien et musicien de participer avec moi à l’élaboration de la pièce. Le son et la musique joueront un rôle primordial. En tant que musicien multi-instrumentiste ayant de l’expérience dans le théâtre, il créera un univers sonore varié et nuancé.
Étant à la fois comédiens, musiciens et metteurs en scène, il nous semblait important d’avoir des retours ponctuels de notre travail, distancié de nos sensations. Nous avons donc proposé à Adel Kollar, qui pendant 7 ans a été assistante du metteur en scène Arpad Shilling, d’être notre regard extérieur ainsi que notre « garante » dramaturgique.

Nous souhaitons avec ce texte questionner la norme. Qui décide de la norme ? Comment s’exerce-telle quotidiennement ? Comment un enfant intègre-t-il la norme ? Et comment se vit-il quand il en est exclu ?
Il s’agit également de questionner l’identité. Comment le regard des autres détermine-t-il le regard que l’on porte sur soi ? Comment se construire sans modèle et écrire sa propre histoire sans cet appui ? (Grosse Patate n’a plus sa mère).
Par l’exploration des jeux de pouvoir entre les enfants que la pièce met en exergue nous aborderons aussi le thème du harcèlement.
Nous souhaitons aussi et surtout, fêter l’enfance et les enfants. Accorder toute l’importance de ce qu’ils vivent sans les réduire à leur âge. Et regarder avec admiration et tendresse, sans nostalgie, leur gourmandise pour la vie, leur naïveté, leur drôlerie, leur force de créativité et d’inventivité.

Clélia David, responsable artistique de l’Incertaine compagnie

Cliquez sur le logo pour découvrir les actions menées autour de ce spectacle.

Fermer le menu